Armin Mühsam (G)

Né en 1968 en Roumanie
Vit et travaille à Maryville, Missouri, USA

Armin Mühsam s'engage dans un discours sémiotique axé sur l'ambiguïté du temps mais aussi de l'espace. Il propose des toiles complexes d'interactions, dans lesquelles la dualité homme/nature est remplacée par celle de la technologie et du paysage. Ses œuvres sont des structures composées de systèmes complets - monuments de béton, machines, routes – qui symbolisent en fait les ruines d'une société autodestructrice.

Il y a une différence de taille entre la nature vue d'un angle métaphysique et la nature accessible à la perception humaine et reproduite par les artistes. Ainsi, Max Friedländer avait raison de considérer le paysage comme étant une réalité d'un système phénoménologique, dans le sens Kantien, et non pas une réalité en soi.

On ne connaît pas l'emplacement précis des endroits peints par Armin Mühsam, mais on réalise instantanément pourquoi les humains en sont absents. L'humanité est représentée par ses fabrications destructrices: tunnels, digues, murs, terrassements, routes...un paysage artificiel rempli par une architecture technologique, ou plutôt, un paysage comme toile de fond pour la technologie.

La façon dont Mühsam visualise ce paradoxe amène à réfléchir sur la « beauté » de l'utilitarisme, mais aussi sur les blessures qu'elle inflige. Tout ce qui semble avoir une efficacité logique, tout ce qui semble être adapté au monde nouveau est en réalité stérile après la disparition de la nature.

Texte "clear new worlds" par Liviana Dan, curatrice de la galerie d´art contemporain du musée Brukenthal, Sibiu/ Roumanie, 2009

¬ Biographie pdf+ www.arminmuhsam.com/